Pourquoi j’ai jeté mes crèmes de jour

Grand ménage de printemps !

Consommatrice et amatrice de cosmétiques, me voilà assise sur le parquet de mon salon à éplucher les compositions de mes produits de beauté. Résultat ? 80% de mes produits sont à jeter. Je vous explique pourquoi…

GIVEAWAYJe suis cette fille à qui on offre des produits de beauté facilement, je suis une vraie fan de cosmétique (si un tel club existe). Résultat ? Des dizaines de crèmes parfumées, de savons colorés, de parfums fleuris, de soins pour tous les problèmes dermato connus et à connaître. Abonnée aux box beauté, friande de nouveautés, me voilà testeuse des marques nouvelles et installée.

Mais voilà… Quand on aime, on commence à connaître, à se renseigner, à lire des articles. Suite à une prise de conscience face aux compositions peu clean des cosmétiques, me voilà à faire le tri pour me débarrasser des polluants, perturbateurs endocriniens et autres substances synthétiques issues de l’industrie chimique.

J’ai donc trouvé, pêle-mêle, les éléments suivants :

  • Phenoxyethanol : conservateur, allergène (peut provoquer des réactions comme de l’eczéma) , ce composant est controversé, potentiellement cancérigène et perturbateur endocrinien (fertilité, dangereux pour le fœtus).
  • PEG (ou PolyEthylene Glycol) : d’origine synthétique, utilisé pour retenir l’eau (hydratation). leur procédé de fabrication est critiqué car polluant et ce composant est suspecté de permettre l’absorbtion par la peau de substances chimiques nocives.
  • Parabens (methyl- parabens, propylparaben, etc.) : perturbateurs endocriniens, ce sont les plus connus !
  • Sodium Laureth Sulfate : tensioactif détergent souvent utilisé dans les gels douche conventionnels (non bio)… Mais également pour le nettoyage des voitures ! Peu cher, ils séduisent les industriels pour leur côté moussant.
  • Cyclopentasiloxane : composant à base de silicone, ils sont considérés comme toxiques, perturbateurs endocriniens, et peuvent à forte dose avoir des conséquences sur le système nerveux (glam’ hein ?).

Ces ingrédients sont présents même dans des produits pour bébé ! Le dexeryl par exemple, que j’utilise en cas d’eczéma, ne fait pas exception.

Alors voilà, j’ai dans un sac des dizaines de produits que je m’apprête à jeter. Des produits qui coûtent cher, parfois issus de l’industrie du luxe, qui se disent « naturels », « purs » et qui promettent des merveilles… Mais qui finissent par nous empoisonner !

Aujourd’hui, j’ouvre ce blog avec cette prise de conscience. Aujourd’hui s’ouvre une nouvelle page.

Partager sur facebook
Partager sur pinterest